[logiciel creation site] [creation site web] [creation site internet] [0 0 1 1 1 1 1 0 640 480]
[0 0 1 1 1 1 1 0 640 480]
[0 0 1 1 1 1 1 0 640 480]
[index]
[Contact]
[index]
[index]
[index]
[index]
[index]
[index]
[index]
[index]
[index]
[index]
[index]
[0 0 1 1 1 1 1 0 640 480]
[0 0 1 1 1 1 1 0 640 480]
[0 0 1 1 1 1 1 0 640 480]
[index]
[index]
[index]
[0 0 1 1 1 1 1 0 640 480]
[0 0 1 1 1 1 1 0 640 480]
[0 0 1 1 1 1 1 0 640 480]
[0 0 1 1 1 1 1 0 640 480]
[0 0 1 1 1 1 1 0 640 480]
[index]

Chroniques du Pays des Rêves


CM-PS-MS : travailler ensemble et s’aider


Pour la deuxième année, la classe de Claude et la mienne travaillent ensemble chaque mardi matin pendant une heure.

La mise en place de ces séances est née de la superposition d’expériences et d’habitudes de travail :

  

  • le système d’entraide pour le travail qui existe dans la classe de Claude
  • cette même entraide qui s’impose tout doucement aux enfants de maternelle
  • une expérience de classe de ps-gs
  • mon désir de travailler avec des plus grands en arts plastiques.


L’aspect le plus important de cet échange entre les deux classes est sans aucun doute la mise en place du tutorat.


I.  premiers contacts


Un matin de la mi-septembre, la classe des CM est venue rendre visite à la classe de PS-MS.


Les CM se sont présentés. Claude a expliqué leur venue. Puis les enfants des deux classes se sont « choisis ». chaque enfant de la classe de Claude sera désormais le référent d’un enfant de ma classe.


Tous ensemble, nous sommes allés dans la classe de Claude. Les enfants de maternelle ont ainsi découvert le trajet qu’ils emprunteront le mardi, visité les locaux, pris la mesure des possibilités de travail (plan de travail, ordinateurs…)


En faisant connaissance avec le référent qui va le guider tout au long de l’année scolaire, chaque élève de maternelle a ainsi pu apaiser les peurs liées à de nouvelles têtes, de nouveau locaux, de nouvelles façons de travailler.


II dispositif


Chaque mardi, la classe de Claude descend en maternelle. Là, les enfants de maternelle retrouvent leur référent. Les « couples » d’enfants sont répartis en deux groupes. Le groupe A accompagné de Claude et de l’atsem, part travailler en primaire. Le groupe B reste travailler en maternelle.


A : La séance dans la classe primaire:


Chaque « petit » travaille sous la tutelle de son « grand ».


Les grands ont pour charge de permettre l’individualisation des apprentissages des enfants de maternelle dans différents domaines :

  

  • en numération
  • en graphisme et coloriage
  • pour dessiner un bonhomme
  • en traitement de texte
  • pour travailler avec des logiciels


Les grands bien sûr, profitent de ces moments duels pour lire des albums à leur petit. 


Les enfants de cm ont, pour chaque domaine d’apprentissage, étudié avec Claude ce qu’ils devaient transmettre et comment. Pour cela, nous leur avons préparé des fiches les aidant dans leur tutorat.


Durant le premier trimestre, le travail se fait sans consigne très stricte, mais les enfants doivent s’obliger à aborder tous les domaines proposés. Pour les guider, une fiche récapitulative de travail est donnée à chaque « couple ». Elle permet de faire le point sur ce qui a été fait et sur ce qui reste à faire…


Au second trimestre, un cahier de travail est donné à chaque couple. Il oblige les enfants à travailler de façon plus structurée. Le cahier est élaboré en fonction des projets menés en maternelle.


B : la séance dans la classe maternelle


Les enfants travaillent en arts plastiques.


Ce travail se fait plus ou moins en couple. Chaque élève, petit ou grand réalise son œuvre. Ceci permet de prendre conscience des possibilités de chacun, démontre qu’un petit n’est pas un « sous-grand », c’est à dire quelqu’un avec des sous-possibilités, mais une personne avec des compétences différentes. Ainsi, les CM sont-ils étonnés de la dextérité des maternelles pour remplir une feuille et préparer un fond à la peinture alors que les CM réaliseront plus facilement un travail exigeant de la motricité fine.


Pendant les séances, les grands aident les petits lorsque c’est nécessaire, le plus difficile étant de ne pas faire à la place de… 


Voici un exemple de travail mené :


Après étude d’un éventail de portraits réalisés à travers les âges, chaque CM a réalisé le portrait de « son petit ». Le portrait est exécuté à la peinture noire et au trait. Les seules touches de couleurs ont été déposées pour les iris et pour les lèvres.


Les objets des frises sont des détails des portraits étudiés. Les fonds ont été effectués au rouleau, conjointement par petits et grands.


Les maternelles ont fait un travail similaire. Ils se sont efforcés de réaliser le portrait de leur référent en peignant les détails signifiants (cheveux longs, courts, lunettes, boucles d’oreilles…)


Les CM ont guidé les petits en leur faisant prendre conscience de ce qu’il faut peindre.


III bilan


A : au niveau des PS-MS


Cet échange permet d’avoir pour chaque enfant des moments de relation duelle dans les apprentissages. Pour un enfant qui entre dans la socialisation, qui fait ses premiers pas dans l’apprentissage collectif, ces moments sont très importants. Ils permettent de « souffler », de se retirer un peu d’une vie collective parfois très lourde. Ils permettent également d’ancrer des acquisitions beaucoup plus solidement.


Les enfants vivent des situations où l’entraide est le maître mot. Cette entraide se met très vite en place en classe maternelle grâce à cet exemple.


B : au niveau des CM.


Chaque enfant devient responsable d’un autre, doit gérer le travail de celui-ci, se faire obéir, faire régner quelquefois la « discipline » quand un petit commence à trop s’agiter, veiller à ne pas se laisser entraîner par d’autres activités (lors de l’utilisation de logiciels, par exemple. Pour certains enfants (surtout des enfants uniques !), ce décentrement est un peu difficile, mais très bénéfique.


Ce dispositif renforce la coopération et l’entraide instituée dans la classe, ainsi que l’autonomie demandée. Il permet de gagner du temps dans la mise en place d’une pédagogie coopérative que ces enfants rencontrent pour la première fois.


C : au niveau des parents 


Les parents des enfants de maternelle suivent avec plaisir cet échange. Le mardi est « le jour des grands » . Les parents posent beaucoup de questions, ont des demandes précises. Ainsi, ils ont réclamé une photographie du référent de leur enfant… À l’issue de la première année, certains parents ont acheté un petit cadeau pour le référent de leur enfant.


D : les prolongations


Pendant la semaine littéraire qui a lieu à l’école maternelle, les CM ont animé des ateliers. Ils ont préparé ces ateliers avec des enseignantes de maternelle pendant trois séances le samedi matin.


Pour la fête du groupe scolaire, des CM ont aidé deux classes maternelles (une grande section et la mienne) à apprendre une danse-spectacle et à l’exécuter le jour dit.


Françoise Poulet

Petite et Moyenne section à Blain

  


 Tutorat CM-Maternelle